Une profondeur de champ très étroite – #0131

La profondeur de champ très faible (ou étroite) est particulièrement à la mode.

Dans ce genre de prise de vue, quasiment tout est flou sauf les yeux de la modèle que je photographie. Pour créer ce type d’image, je dispose d’une optique qui permet de photographier avec une ouverture de diaphragmme très élevée  – le Nikkor 50 mm f/1.4 -.

 

Pour les portraits photographiés en extérieur, j’ouvre énormément le diaphragme – max f/2. Je privilégie un temps couvert – nuageux -, afin d’avoir une belle lumière ambiante assez douce – ne pas photographier en plein soleil -. Et bien entendu, je photographie sans cadrer le ciel. Si ces conditions ne sont pas réunies, le fait d’ouvrir le diaphragme en appliquant une valeur f-stop très faible surexposera la photo.

Concernant les photos que je vous présente ici, j’ai photographié un jour où le ciel était couvert et dans une allée fortement ombragée. J’ai placé mes modèles à même le sol, tandis que je restais debout. Je garde toujours cette technique dans un coin de la tête, parce qu’elle me permet d’avoir un cadrage différent de ce qu’on a l’habitude de voir en photographie. Et puis d’avoir un jolie fond flouté et uniforme – un sol recouvert de feuilles mortes, par exemple – .

Je n’ai plus qu’à me concentrer sur la mise au point, sans être gêner par un arrière-plan déplaisant. Il suffit ici d’un rien pour que la totalité de l’image soit floue, ou que la netteté ne se fasse pas correctement sur les yeux. Tout ce qui se trouve au-delà du regard est plus ou moins flou.

 

Workshop Mode

 

Peut mieux fairePlaisantIntéressantRemarquable (3 votes, moyenne: 4,00 sur 4)
Loading...

 

Suivez-moi également sur les réseaux sociaux

 

Articles associés