J’adore mon Nikkor 50mm f/1.4 – #0007

Parmi toutes mes optiques, le Nikkor 50mm f/1.4 est le plus discret. Il n’impressionne pas les foules !  Et pourtant, je le considère indispensable dans mon sac. Il offre une excellente qualité optique, une grande luminosité et une faible profondeur de champ. Je l’adore. Il fait parti des objectifs, dont on ne se sépare pas. Il est à la taille de l’oeil humain, il est le parfait outil pour faire de la vraie photo.

 

Le 50mm f/1.4 – Un objectif à focale fixe

Le Nikkor 50mm f/1.4 est un objectif à focale fixe. Le champ de vision ne varie pas, contrairement à un objectif de type “zoom”. Il permet donc de se concentrer sur l’essentiel : la composition. Là, avec ce Nikkor 50mm f/1.4, il va falloir se déplacer, marcher, grimper, s’agenouiller … afin d’obtenir le meilleur point de vue, avoir une démarche créative.

50mm. A peu de chose près, il s’agit de la vision humaine. Il permet donc de réaliser des photos dans de nombreuses situations, avec une distorsion quasi nulle. Je l’utilise notamment dans le portrait ainsi que la photo de rue. Il offre une définition très supérieure au zoom.

 

Un objectif très lumineux

Le Nikkor 50mm f/1.4 possède une très grande ouverture. On dit alors qu’il est très lumineux. Couplé à la haute sensibilité des capteurs de mes reflex, cette optique me permet de faire face à toutes les situations. Je peux photographier même lors de conditions de lumière difficile : à la lueur d’une bougie d’un gâteau d’anniversaire, dans une ambiance sombre comme une église, en photo de nuit. Tout cela sans être obligé de sortir le flash.

Dans des conditions normales de lumière, j’obtiens une vitesse d’obturation élevée, empêchant tout flou de bougé.

 

 

 

 

Une faible profondeur de champ

Une telle ouverture permet au Nikkor 50mm f/1.4 d’avoir une profondeur de champ très réduite.

L’effet est séduisant à condition d’être maîtrisé. Une étroite profondeur de champ concentre l’attention sur le sujet parfaitement net, en floutant les éléments qui pourraient  gêner ou distraire. C’est un procédé à la fois efficace et artistique. Il est obtenu en ouvrant le diaphragme au maximum, soit le f/1.4.

Cet objectif s’avère donc délicieusement créatif. Il permet d’obtenir un portrait sur lequel les yeux sont très nets tandis que le restant du visage, les petites rides notamment, est adouci.   Lors d’un mariage par exemple, cela permet de photographier un modèle bien net, sur un fond bien flou.

Dans la vie de tous les jours, cette optique me permet de faire des portraits de mes enfants qui sortent de l’ordinaire. Et ça, c’est plutôt sympa. C’est de toute façon ce que je recherchais en achetant un boîtier reflex.

 

Une optique au service de la créativité

Cette optique convient à tous les sujets ou presque. C’est une focale universelle. Elle me permet de réaliser à la fois du portrait serré, mais aussi du portrait environnemental. Sa focale respecte les proportions du corps humain.

Je l’utilise également pour réaliser quelques plans en “photo de rue”. La composition de l’image est correcte.

Régulièrement, je me force à ne travailler qu’avec cette optique. J’ai ainsi énormément progresser dans ma manière de cadrer et gérer la composition d’une photo.

 

Workshop Mode

Seul point noir : Une profondeur de champ parfois réduite à quelques centimètres est un excellent test de savoir-faire. La moindre erreur rend une photo inexploitable. Prendre une série de clichés d’un sujet mouvant peut limiter le risque d’erreur : il y en aura bien une de bonne dans le lot.

 

Peut mieux fairePlaisantIntéressantRemarquable (5 votes, moyenne: 4,00 sur 4)
Loading...

 

Suivez-moi également sur les réseaux sociaux

Articles associés